Sulbutiamine - La santé à portée de main

Sulbutiamine: Son rôle dans les nootropiques

Les nootropes ou nootropiques regroupent un ensemble de plantes adaptogènes et de diverses substances qui jouent un rôle important sur la transformation psychologique et physiologique à travers l’augmentation des capacités cognitives. A l’instar de plusieurs autres substances telles que la choline, la sulbutiamine intègre cette catégorie de substances nootropiques dont les bienfaits dans l’organisme sont nombreux. L’appartenance à la classe des nootropiques fait de la sulbutiamine, une molécule efficace qui aide l’organisme dans la lutte contre le stress. Les nootropiques agissent de même comme des neuroprotecteurs et neurotransmetteurs contre les états dépressifs. Mais, pris spécifiquement, voici les nombreux rôles de la sulbutiamine.

Qu’est-ce que la sulbutiamine ?

Sulbutiamine - Un puissant neuroprotecteur dans l'organisme
Sulbutiamine – Un puissant neuroprotecteur dans l’organisme

Avant tout, la sulbutiamine est une molécule qui provient d’un composant de la vitamine B1. Il s’agit de la thiamine qui est le principe actif de la vitamine B1.  En effet, en 1936, des chercheurs faisaient des études pour soigner plus efficacement le béribéri. Pour ce faire, ils voulaient trouver un dérivé de la thiamine dont les propriétés pharmacocinétiques seraient plus performantes que la thiamine. Ce faisant, ils découvrirent alors un premier dérivé de la thiamine qui est l’allithiamine en 1951. Ensuite, plusieurs autres dérivés s’en suivent jusqu’à l’obtention d’un dérivé performant : la sulbutiamine.

Dès lors, cette dernière apparut à partir de 1970 sur le marché avec une liste interminable de bienfaits que rapportent ses consommateurs. A l’initiative de nombreuses marques qui la commercialisent, elle prend divers noms. On peut citer notamment Enerion, Youvitan, Bisthuamine, etc. La marque Servier la commercialise sous le nom de Arcalion.

La sulbutiamine est une molécule lipophile qui s’intègre facilement à la graisse des cellules et en l’occurrence à leur membrane. Cela lui permet de participer au maintien et à l’équilibre des cellules en luttant contre leur vieillissement. Par ailleurs, contrairement aux composés lipophiles, elle est soluble dans l’eau.

La synthèse de la sulbutiamine

La synthèse de la sulbutiamine passe par plusieurs méthodes. En effet, elle se synthétise premièrement grâce à la thiamine qu’on obtient par les extraits de produits naturels. D’autre part, il est possible d’obtenir de la sulbutiamine grâce à la biosynthèse par le biais d’un organisme. Troisièmement, il peut s’agir d’une synthèse chimique complète par la synthèse de la thiamine.

L’extraction de la thiamine

Le principe actif de la sulbutiamine est la thiamine (dérivé de vitamine B1). Les méthodes pour l’extraire restent variables et évoluent en fonction des connaissances et des moyens à disposition de ceux qui font l’extraction. Aujourd’hui, les progrès techniques et technologiques sont à la base de l’évolution de ces méthodes d’extraction.

En outre, à l’origine, l’extraction a été faite à partir du son de riz. La méthode de cette première extraction reste toujours possible aujourd’hui. Elle se fait à partir des sources de la thiamine notamment les céréales. La méthode d’extraction se sert d’un mécanisme que la science désigne par HPLC. Ce sigle signifie chromatographie en phase liquide à haute performance.

En réalisant une HPLC sur un son de riz par exemple, il est possible d’extraire la thiamine sous surveillance du spectrofluoromètre. En effet, le spectrofluoromètre est un appareil qui permet d’analyser un échantillon de molécule à base de la lumière, souvent l’ultraviolet. Pour finir l’extraction, la thiamine subit une oxydation qui la transforme en sulbutiamine.

La biosynthèse de la sulbutiamine

La synthèse biologique de la sulbutiamine commence par l’oxydation de la thiamine. Cette oxydation se fait sous l’action des enzymes. En effet, au début de la biosynthèse, deux molécules de thiamine subissent une oxydation par le cycle thiazole. Cela donne lieu au pont disulfure qui n’est rien d’autre que la liaison des deux molécules de thiamine.

Après la formation du pont disulfure, le processus de synthèse se poursuit à travers plusieurs étapes. Tout d’abord, la synthèse séparée des groupements pyrimidiques et des thiazoles. Ensuite, on obtient du phosphate synthase, la thiamine monophosphotée  et la thiamine pyrophosphate (forme active de la thiamine) pour finalement aboutir à la sulbutiamine.

La synthèse chimique de la sulbutiamine

C’est une méthode qui consiste à faire la synthèse de la sulbutiamine de manière chimique. Les méthodes chimiques pour faire ce type de synthèse existent sous plusieurs formes. Cependant, la plupart d’entre elles se soldent souvent par un faible rendement. La thiamine est synthétisée par deux intermédiaires distincts à savoir : la synthèse du dérivé pyrimidique et la synthèse thiazolée. Ensuite, vont s’en suivre plusieurs transformations notamment par addition nucléophile. Cela aboutit à la sulbutiamine.

Les rôles de la sulbutiamine dans l’organisme

Sulbutiamine - Un rôle essentiel dans le fonctionnement de l'organisme
Sulbutiamine – Un rôle essentiel dans le fonctionnement de l’organisme

La sulbutiamine constitue une substance qui cumule une série d’actions bénéfiques à la mémoire. A ce titre, on lui attribue d’office tous les rôles des nootropiques.

Sulbutiamine et formation de la mémoire

Les actions de cette substance sont nombreuses. En effet, la sulbutiamine agit principalement au niveau du cerveau et du système nerveux en général. Ainsi, la sulbutiamine agit dans l’amélioration de la mémoire en jouant un rôle dans la modulation de l’activité cholinergique. Elle augmente la quantité d’acétylcholine dans l’hippocampe de même que le nombre de récepteurs muscariniques. Cette action permet une transformation positive dans la formation de la mémoire épisodique.

Plus important, la sulbutiamine constitue un précurseur de la thiamine. Dans le cerveau, elle augmente le taux de thiamine et de thiamine pyrophosphate. Ce sont ces substances qui font d’elle un nootropique puissant. En effet, elle détermine la concentration du cerveau, la sensation du goût, etc.

De plus, la sulbutiamine favorise la transmission du glutamate. Il s’agit d’un composé indispensable à l’activité des récepteurs AMPA et NMDA. A long terme, la sulbutiamine participe au développement du potentiel de certains types de mémoires. Mieux, elle optimise l’encodage de la mémoire en augmentant sa capacité d’apprentissage à court terme. De plus, elle joue ce rôle surtout dans l’identification et la reconnaissance des objets.

La lutte contre le stress

La sulbutiamine est un nootrope dont la capacité de régulation du stress est importante. En outre, elle agit sur le cerveau en franchissant la barrière hémato-céphalique. A partie de là, la sulbutiamine est absorbée rapidement sans rencontrer aucun obstacle. En cela, elle arrive à remplir des actions cholinergiques, dopaminergiques… qui permettent une bonne réaction du cerveau contre les stress notamment le stress oxydant. En réalité, la sulbutiamine permet d’exciter le cerveau à libérer de la dopamine, la sérotonine et la choline. Or, ces substances notamment la sérotonine et la dopamine agissent efficacement contre le stress et les états dépressifs.

Les dopamines permettent la prévention ou l’amélioration des affections liées à la diminution des hormones. Nous pensons notamment à la maladie d’Alzheimer et également aux divers troubles de dépression. La sulbutiamine constitue alors un neurotransmetteur puissant contre le stress.

Les actions cholinergiques que provoque la sulbutiamine font d’elle un neuroprotectecteur et un neurotransmetteur efficace. En réalité, la choline joue une série de rôles. Certains de ces rôles entrent dans la protection des cellules. En intervenant dans la membrane des cellules, la sulbutiamine permet la conservation des cellules. De ce fait, elle lutte contre le vieillissement du cerveau. Cela garantit une activité optimale et saine du cerveau.

Un rôle de neuroprotection majeur

La sulbutiamine remplit également une fonction importante dans la vie neuronale. En effet, elle joue un rôle neuroprotecteur qui se caractérise par l’augmentation des cellules neuronales de même que la résistance des membranes de ces cellules. Cette viabilité neuronale est l’œuvre du pont disulfure qui régule le stress oxydant. Par la même occasion, elle élimine les excès de radicaux libres.

Un nootropique extraordinaire

De toutes les substances nootropiques, la sulbutiamine dispose d’une capacité qui l’élève un peu plus haut dans cette catégorie. En fait, certains composés agissant avec la molécule se régénèrent  automatiquement.  Au terme de l’élimination des excès de radicaux libres, l’enzyme glutathion peroxydase transforme l’espèce oxydante en eau puis se régénère.

Sulbutiamine et métabolisme glucidique cérébral

Le cerveau est l’organe le plus énergivore dans le corps humain. Bien qu’il ne constitue que 2 % du poids global du corps, le cerveau consomme jusqu’à 20 % de son énergie. Cependant, cela se comprend quand on sait combien d’organes sollicitent le cerveau pour la réalisation de leurs activités.

Le cerveau a besoin de se nourrir, de mettre en marche ses canaux ioniques et ses pompes. Le bon fonctionnement de tous ces éléments permet de maintenir la concentration du cerveau. A partir de ses apports en nutriments, la sulbutiamine participe de manière très idéale à ce métabolisme glucidique cérébral.

Sulbutiamine et phosphorylation des protéines

La sulbutiamine contribue au renforcement des organes du cerveau à travers la participation à la phosphorylation des protéines. La phosphorylation est un phénomène par lequel les organes inactifs retrouvent leur vigueur à travers des apports énergétiques. Cela leur permet de reprendre leurs diverses activités.

Les autres rôles

La sulbutiamine joue d’autres rôles qui ne sont pas moins importants. En plus d’agir positivement sur le système nerveux périphérique, elle élargit son rôle à la rétine. Elle agit sur la rétine à travers l’atténuation des cellules des ganglions rétiniennes. Par ailleurs, la thiamine, principe actif de la sulbutiamine entraîne une stimulation de la circulation sanguine. Ce rôle participe à un bon équilibre du cerveau et lui permet de lutter contre les troubles érectiles.

Le dosage de sulbutiamine

Sulbutiamine - Respecter les doses permet de bénéficier d'un fonctionnement optimal
Sulbutiamine – Respecter les doses permet de bénéficier d’un fonctionnement optimal

La consommation de la sulbutiamine varie en fonction des cas pour lesquels vous l’adoptez. C’est le lieu de rappeler que cette substance nootropique ne constitue en rien un médicament. C’est un complément alimentaire. En tant que telle, la dose à consommer est largement flexible. En fait, sur le marché, on rencontre la sulbutiamine sous forme de gélules ou de capsules dans des boîtes de 200 et 600 mg. La dose recommandable est une gélule par jour à consommer le matin. Mais, s’il vous arrive de dépasser cette dose, n’en faites pas de trop. L’excès en toute chose est nuisible. Aussi, il faudrait privilégier le repos et veiller à bien manger pour bénéficier pleinement des vertus de ce nootropique. Ce sont des conditions indispensables pour avoir un corps et un système cérébral équilibrés.

Les effets indésirables de la sulbutiamine

La consommation de la sulbutiamine ne comporte en principe aucun dommage. Du moins, par voie orale et en l’absence de tout surdosage. Les études disponibles à ce jour prouvent qu’on peut en consommer 600 mg durant quatre semaines sans aucun préjudice. Par ailleurs, les personnes qui prennent la sulbutiamine rapportent quelques autres effets indésirables. Alors que certains évoquent l’apparition de nausées, d’autres parlent plutôt de fatigue et d’incapacité à dormir. Toutefois, aucune étude ne prouve jusqu’à présent que ces effets sont liés à la consommation de la sulbutiamine.

Par contre, des études indiquent quelques insuffisances dans certains cas qu’il conviendrait mieux de considérer comme faiblesses de la molécule. En outre, dans le cas de la dépression, les actions de la sulbutiamine s’arrêtent à un seul aspect de la dépression : l’inhibition comportementale.

De même, s’agissant de la neuropathie diabétique, la molécule a des effets dans la performance des nerfs sans pour autant améliorer les autres symptômes neuropathiques.

Les précautions et avertissements à prendre en compte

Tout comme la plupart des nootropes, les études ne sont pas toujours suffisantes pour connaître totalement tous les aspects des produits. Ainsi, il est important de faire attention aux divers emplois qu’on en fait. Il ne s’agit pas ici de prescriptions formelles. Cependant, ces précautions vous permettront de ne pas développer des comportements à risque dans la prise de ce composé nootrpique.

Pour ce qui est de la sulbutiamine,  vous devez éviter son emploi si vous êtes enceinte ou si vous allaitez. Il existe peu d’études sur ces cas de figure. Donc, il vaut mieux éviter de l’utiliser dans cette période.

Egalement, il ne faut pas interrompre les traitements pour adopter la prise de la sulbutiamine pour les troubles psychiatriques. Certaines catégories de personnes qui sont sous l’emprise de troubles psychiatriques sont susceptibles de développer des comportements à risques face à la sulbutiamine. Nous pensons notamment aux personnes bipolaires et bien d’autres. De toute évidence, il faut éviter absolument de substituer le traitement psychiatrique par la prise de sulbutiamine.

Pour résumer, la sulbutiamine est une substance qui entre pleinement dans la longue liste des nootrpoiques avec une panoplie de rôles. Elle est pour l’essentiel efficace dans l’adaptation du cerveau contre les stress. De même, son rôle s’étend à plusieurs fonctions essentielles dans la réactivité cérébrale et l’équilibre du cerveau. On peut donc résumer la sulbutiamine à un neuroprotecteur et à un neurotransmetteur puissant. Des rôles auxquels on ajoute l’augmentation de la performance cérébrale et l’optimisation de la mémoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *