La dépendance des nootropiques et effets secondaires

Quels sont les effets secondaires des nootropiques sur le corps et cerveau ?

Si vous avez utilisé des stimulateurs cognitifs, des extensions de mémoire, des élévateurs d’humeur ou d’autres types de nootropiques, vous vous êtes peut-être demandé si l’un de leurs bienfaits pour le cerveau avait un prix. Les effets secondaires sont l’objectif principal des concepteurs de nootropiques.

Par définition, un nootrope doit être exempt d’effets secondaires – comme l’a écrit le père des nootropiques. La réponse à la question titulaire : Non, les nootropiques n’ont pas d’effets secondaires, car s’ils en avaient, ils ne seraient pas de véritables nootropiques.

Bien sûr, ce n’est pas aussi simple que cela. Ce guide approfondit la question de savoir si les nootropiques ont vraiment des effets secondaires ou non. Il donne également des conseils sur la manière de minimiser le risque d’effets secondaires des nootropiques sans sacrifier leurs bienfaits pour le cerveau.

Facteurs de risque des effets secondaires des nootropiques

Les vrais nootropiques sont naturellement sans effets secondaires. Mais il se passe beaucoup de choses entre le moment où une plante nootrope germe du sol et celui où un consommateur la consomme sous forme de compléments.

Toutes ces variables peuvent augmenter le risque d’effets secondaires.
Voici quelques facteurs de risque qui peuvent vous aider à déterminer si un produit nootrope aura ou non des effets secondaires avant que vous ne l’essayiez :

Antécédents d’utilisation

C’est probablement le facteur déterminant le plus fiable et le plus important des effets secondaires nootropiques : L’usage humain. Il se divise généralement en deux catégories :

  • Tolérabilité soutenue par la recherche – Si un nootrope fait l’objet d’essais cliniques sur des humains où des tas de gens l’ont pris à un dosage thérapeutique et que personne n’a ressenti d’effets secondaires… eh bien, c’est à peu près tout ce que vous pouvez faire en termes de prédiction de la tolérabilité des nootropiques.
  • Tolérabilité anecdotique – Certains nootropiques sont utilisés depuis des siècles avec des effets secondaires minimes. D’autres nootropiques – tant les nootropiques simples que les nootropiques en pile – sont aujourd’hui pris par des milliers de personnes sans problème. Il s’agit là d’un autre bon prédicteur.

Le champignon de la crinière de lion est un bon exemple de nootrope dont l’utilisation a été très répandue et dont les effets secondaires sont minimes. Il est utilisé depuis des siècles comme aliment et comme herbe traditionnelle de bien-être. La recherche moderne confirme qu’il est sans danger, tolérable et efficace pour l’humeur et les performances mentales.

Formulation ou composition du produit

Tous les nootropiques ne fonctionnent pas bien ensemble. Certains nootropiques peuvent produire des effets secondaires lorsqu’ils sont combinés. Les interactions négatives sont une préoccupation majeure dans le monde des nootropiques, en raison de la pratique populaire de l’empilage.

Lors de l’empilement, plusieurs nootropiques sont pris en même temps. L’empilement peut libérer une impressionnante puissance cérébrale, mais il peut aussi entraîner des effets secondaires.

Cela peut se produire de trois manières :

  • Empilages nootropiques préfabriqués. Les fabricants de suppléments de qualité inférieure ne savent pas ce qu’ils font. Vous ne pouvez pas présumer qu’un supplément à base de piles nootropiques préfabriquées ne provoque pas d’effets secondaires. Même les formules cérébrales populaires peuvent combiner des nootropiques qui ont des interactions, produisant des effets secondaires chez certaines personnes.
  • Piles nootropiques à faire soi-même. L’empilement de produits à faire soi-même crée un risque encore plus grand d’effets secondaires nootropiques. Alors que les fabricants de compléments alimentaires sont incités par les codes de santé et la menace de rappel, les bricoleurs sont laissés à leur propre discrétion pour créer un empilement nootrope qui est non seulement efficace mais aussi sûr.
  • Stimulants. Certaines piles utiliseront un tas de nootropiques exotiques mais non éprouvés et doperont la formule avec une dose massive de caféine. Cela produit une illusion d’efficacité, en raison des effets fiables de la caféine sur la vigilance. Cependant, les formulations à base de stimulants garantissent presque un effet secondaire d’agitation.
    Pour éviter les effets secondaires liés à la formulation, évitez l’empilement nootropique de la caféine, sauf si vous êtes un utilisateur avancé.

Envisagez plutôt un supplément d’empilement nootropique préfabriqué qui fournit des détails sur la manière et la raison pour laquelle il combine différents nootropiques. C’est un bon indicateur de pratiques d’empilage prudentes et stratégiques qui donnent la priorité à la sécurité et à la tolérabilité.

Qualité des ingrédients

En raison de l’énorme variation de la qualité des ingrédients, même si vous choisissez un nootrope par ailleurs bon, vous pouvez quand même ressentir des effets secondaires.

Par exemple : Une herbe nootrope de mauvaise qualité peut être cultivée dans des conditions toxiques, produisant une faible forme de poudre. Pour compenser, un fabricant peut augmenter le dosage de l’herbe au-delà du point de tolérance, ce qui produit des effets secondaires.

Les formes nootropiques bon marché, telles que les vitamines B synthétiques de faible qualité, peuvent être plus difficiles à digérer et à absorber, ce qui peut produire toute une série d’effets secondaires gastriques désagréables. Lorsque les ingrédients nootropiques sont présentés sous des formes de meilleure qualité, leur sécurité peut être améliorée.

Voici quelques exemples de formes nootropiques avancées présentant des avantages en termes de sécurité :

  • Les nootropiques de marque, reconnus par une marque déposée (®), peuvent comporter des procédés brevetés qui réduisent les effets secondaires et améliorent la sécurité. De nombreux nootropiques de marque font également l’objet de recherches cliniques sur l’homme qui démontrent leur innocuité.
    Les plantes nootropiques standardisées sont sûres et fiables car elles sont calibrées à un pourcentage exact de principe actif.
  • Vitamines et minéraux identiques à ceux de la nature. Les nutriments essentiels sous forme identique à la nature sont plus faciles à absorber et à utiliser par l’organisme.

Qualité de la fabrication Même si vous disposez d’une formule nootropique géniale avec des ingrédients de première qualité, une installation de fabrication peu sûre ou insalubre peut créer des risques de contamination et d’effets secondaires connexes.

Les bonnes pratiques de fabrication (BPF) sont un ensemble de réglementations qui éliminent ces risques. Pour une meilleure sécurité et des effets secondaires minimaux, recherchez toujours le sceau BPF sur un produit nootrope.

Le moyen de consommation des nootropiques

En ce qui concerne les effets secondaires nootropiques, il faut toujours rechercher la forme d’administration la plus propre possible pour maximiser la tolérance. Certains fabricants de nootropiques utilisent toutes sortes d’additifs bizarres, de synthétiques et d’autres ingrédients douteux qui pourraient créer des effets secondaires ou même des problèmes de sécurité.

Voici quelques-uns de ces additifs inutiles :

  • Les couleurs artificielles – peuvent avoir des propriétés neurotoxiques.
  • Les conservateurs artificiels – certains perturbent la microflore intestinale.
  • Carraghénane – déclenche une inflammation dans le côlon.
  • Soja – effets secondaires possibles liés aux hormones.
  • Gluten – provoque des effets secondaires digestifs chez certaines personnes.

Les suppléments nootropiques qui se soucient de minimiser les effets secondaires garantissent également que leurs formules sont exemptes d’allergènes courants, tels que les produits laitiers, qui peuvent provoquer des effets secondaires chez les personnes sensibles.

Les nootropiques avec « étiquettes propres » minimiseront les risques d’effets secondaires car ils ne contiennent pas d’ingrédients inutiles.

Facteurs de risque d’utilisation nootropique

Même si votre pile nootropique répond à tous les contrôles de tolérance ci-dessus, vous pouvez quand même ressentir des effets secondaires. Comment ? En le prenant de la mauvaise façon.

Voici quelques exemples d’effets secondaires nootropiques causés par une mauvaise utilisation ou un abus (intentionnel ou non) du complément par les consommateurs :

Mégadosage

Peut-être le principal responsable des effets secondaires des suppléments : Trop de choses à la fois.

Il est vrai que des doses suffisantes sont également essentielles pour obtenir des effets positifs, mais le fait d’accabler le cerveau et le corps d’une trop grande quantité de bio-activité en une seule portion peut effectivement court-circuiter la cognition et/ou déclencher la libération d’un maximum de substance par le système gastro-intestinal (par l’une ou l’autre des voies de « sortie »).

En faisant vos recherches sur les niveaux de dosage appropriés et en vous en tenant aux suggestions de « Portion » sur les étiquettes des compléments, vous pouvez éviter une visite douloureuse aux toilettes.

Fréquence de consommation

Une autre voie de surdosage consiste à prendre trop de portions trop fréquemment, c’est-à-dire à en faire trop sur le plan de la consommation quotidienne.

La dose journalière maximale peut varier considérablement en fonction du nootropique, par exemple :

  • Citicoline – L’utilisation sûre varie entre 250 mg et 2 grammes par jour.
  • Caféine – Toute consommation supérieure à 400 mg par jour peut entraîner des effets secondaires2.
  • Surveillez votre consommation, suivez les fabricants et souvenez-vous que vous pouvez toujours « recycler » votre supplément nootropique pour contrer les effets négatifs cumulés d’une prise trop fréquente de n’importe quel composé.

Facteurs X : Mode de vie et génétique

La mesure la plus insaisissable sur les facteurs de risque nootropiques : la variation personnelle.

Dépend d’un certain nombre de facteurs individuels – génétique, alimentation, prescriptions, activité physique, etc. – certains utilisateurs peuvent ressentir des effets secondaires sévères avec un nootrope, tandis que de nombreux autres font état de résultats positifs qui changent leur vie. De même, certains utilisateurs peuvent ne ressentir aucun effet du tout.

De telles différences soulignent la nécessité de mener des études nootropiques contrôlées par placebo sur des échantillons de grande taille, afin de mieux évaluer les véritables cotes de sécurité des pratiques et des ingrédients nootropiques les plus populaires.

Effets secondaires nootropiques potentiels

Des nootropiques appropriés associés à une utilisation correcte des nootropiques n’induisent pas – ou du moins ne devraient pas induire – d’effets secondaires. Mais s’ils le font, certains des effets secondaires les plus souvent (bien que rares) associés aux nootropiques sont signalés :

Brouillard cérébral

Le « brouillard cérébral » est un état insaisissable et difficile à définir. Il se caractérise par un manque général d’énergie, de clarté et de concentration mentales, généralement dû à une fatigue cérébrale (c’est-à-dire à un manque d’énergie), bien que des exigences cognitives accrues par la nootropique sur les performances du cerveau puissent induire des déséquilibres métaboliques qui entraînent une altération de la pensée.

Par exemple, certains nootropiques peuvent améliorer l’activité de l’acétylcholine mais le font souvent à un rythme qui perturbe la capacité cholinergique naturelle du cerveau. Cela démontre pourquoi de nombreux utilisateurs de nootropiques empilent par défaut les donneurs de choline stimulant l’acétylcholine, comme la citicoline, en complétant l’augmentation de l’activité métabolique par un carburant métabolique accru.

Conseils pour la réduction des risques d’effets secondaires : Maintenir des niveaux de nutriments sains – vitamines, minéraux, aminos, etc. – et complétez un donneur de choline nootropique de qualité, si votre pile contient des ingrédients à action cholinergique.

Maux de tête ou mal de tête

L’un des effets secondaires nootropiques les plus fréquemment signalés, et ce pour une raison évidente : Les nootropiques agissent principalement sur la tête.

Si vous vous demandez si les nootropiques ont des effets secondaires, un mal de tête peut être le premier signe que vous les ressentez.

Il est vrai qu’il existe également des preuves de l’état inverse : les nootropiques atténuent les effets secondaires des maux de tête et du brouillard cérébral. Cependant, les piles de nootropiques de mauvaise qualité et la mauvaise gestion des nootropiques (dosage, fréquence d’utilisation) sont souvent marquées par un vilain mal de tête.

Conseils pour réduire les risques d’effets secondaires : Surveillez la dose unique et la consommation quotidienne pour éviter une surconsommation. Optez pour des ingrédients nootropiques de première qualité. Si nécessaire, faites une sieste pour relancer l’activité cérébrale. Augmentez l’apport en eau.

Malaises digestifs ou diahrée

L’intestin est recouvert de récepteurs de neurotransmetteurs et de nerfs, établissant une sorte de « second cerveau » dans l’intestin appelé système nerveux entérique.

En raison de cette connexion entre l’esprit et l’intestin, une digestion perturbée peut contribuer à une altération de la cognition, et vice versa – ce qui nous ramène à la célèbre citation d’Hippocrate : « La mauvaise digestion est la racine de tout mal. »

Bien que rares, les nootropiques peuvent jouer un rôle dans ce phénomène en surdéclenchant les capteurs neurochimiques de l’intestin, en particulier avec les composés sérotoninergiques, tels que ceux que l’on trouve dans la rhodiola rosea et les vitamines B6, B9 et B12.

Conseils pour réduire les risques d’effets secondaires : L’intestin reconnaît la plupart des nootropiques comme étant familiers. Pourtant, en cas de surdosage ou de synthèse brutale, l’intestin peut réagir avec la diarrhée. Pour minimiser ce risque d’effets secondaires, utilisez des dosages intelligents ; vérifiez également les informations sur les compléments alimentaires pour connaître les arômes et les couleurs artificiels qui peuvent déclencher des sensibilités. Recherchez des vitamines identiques à celles de la nature lorsque cela est possible.

Insomnie ou du mal à dormir

Certains nootropiques soulagent l’anxiété et la surexcitation. D’autres nootropiques stimulent la concentration et la vigilance.

Naturellement, vous devez éviter la stimulation nootropique avant d’essayer de dormir, tout comme les nootropiques sédatifs doivent être évités avant les tâches mentalement exigeantes.

L’insomnie induite chimiquement empêche non seulement une nuit de sommeil sain, mais peut également altérer la cognition, contribuant à la fatigue cérébrale et au brouillard.

Cependant, si cela n’est pas assez convaincant, il faut garder à l’esprit que la stimulation dans les 6 heures suivant le coucher a été trouvée pour perturber les habitudes de sommeil saines, et même si le sommeil est accompli, la probabilité d’un sommeil profond et réparateur diminue.

Conseils pour la réduction des risques d’effets secondaires : Divisez votre pile nootropique en deux subdivisions : « Jour » et « Nuit », cette dernière comprenant des sélections relaxantes, telles que la L-théanine, dont la recherche humaine a montré qu’elles amélioraient la qualité du sommeil. En savoir plus sur la L-théanine.

Autres effets secondaires potentiels

Les autres effets secondaires nootropiques peuvent être classés en catégories allant d’extrêmement rares à étranges :

  • Déséquilibre de l’humeur
  • La légèreté
  • La fatigue
  • L’angoisse
  • Rêves étranges
  • Rêves lucides
  • Pour certains, ces deux derniers effets sont les buts visés par la supplémentation – étant donné l’association entre les rêves vifs et l’amélioration de l’acétylcholine – mettant en évidence une éventuelle couche subjective aux « effets secondaires » nootropiques : certains effets nootropiques étranges peuvent autrement être perçus comme des avantages par d’autres.

Il faut également garder à l’esprit que les dangers de la toxicité nootropique sont souvent mesurés à court terme. Les études à long terme sur la toxicité cérébrale font défaut pour de nombreux compléments, à base de plantes et synthétiques.5,6

Les Nootropiques créent-ils une dépendance ?

Une question courante à laquelle il est possible de répondre par une réponse désormais générique : Les vrais nootropiques ne créent pas de dépendance. Notre produit n’est par exemple pas un médicament mais bien un complément alimentaire.

En fait, l’aspect non addictif de la supplémentation des nootropiques naturels est l’un de leurs principaux attraits. Au pire, vous pouvez éprouver des « retraits » psychologiques des nootropiques, en particulier si vous les utilisez de façon rituelle pour accomplir des tâches mentales quotidiennes – la caféine en étant l’exemple le plus évident et, dans le cadre des nootropiques de type Dr Giurgean, peut-être le stimulant cognitif récréatif le plus addictif.

CerebralFuel des effets secondaires ?

CerebralFuel se débarrasse des stimulateurs cognitifs et des synthétiques à haut risque, en optant plutôt pour des ingrédients nootropiques propres, verts et, surtout, sûrs.

Les ingrédients de FuelDay sont tous issus de la recherche et présentés sous des formes premium connues pour leur excellent profil de sécurité et de tolérabilité. Un label propre, sans surprise. CerebralFuel est le supplément nootropique le plus propre du marché.

Pour garantir des effets secondaires minimaux, CerebralFuel est fabriqué avec :

  • Aucun colorant artificiel, aucun conservateur, aucun OGM, aucun gluten, aucune caféine ni aucun stimulant, aucun soja et aucun additif synthétique.
  • NutriCaps® végétalien de première qualité : Pullulan propre et clair, fermenté naturellement à partir de tapioca ; infusé avec des prébiotiques pour le confort digestif.
  • Bouteilles 100 % sans BPA, une autre mesure de qualité pour réduire une autre source potentielle de sensibilités ou de risques.

Pour garantir un risque minimal d’effets secondaires, veillez à prendre CerbralFuel correctement :

Les nootropiques ont-ils des effets secondaires ? Pas si vous en prenez un avec une conception propre.

Pour l’essentiel, respectez une portion quotidienne et ne doublez la dose que les jours où les conditions sont particulièrement difficiles. Il n’est pas recommandé de prendre plus de 2 gélules par jour.

Bien que certains nootropiques s’améliorent avec le temps, faire une pause occasionnelle, ou « Off Cycle »- le « On Cycle » – peut aider à maintenir l’efficacité nootropique, réduisant le risque d’une accumulation de tolérance dans le corps. Les deux schémas On/Off Cycle recommandés :

En cas de doute, consultez un médecin

Cela s’applique principalement aux utilisateurs de médicaments, qui peuvent être exposés au risque d’interactions négatives entre les ingrédients. Mais pour obtenir les meilleures perspectives en matière de sécurité et d’effets secondaires, il est toujours bon de prendre CerebralFuel (ou tout autre complément, d’ailleurs) sous la supervision de votre médecin.

Dans l’ensemble, notre produit fonctionne bien avec la plupart des options diététiques, ce qui ne justifie pas de s’inquiéter outre mesure de la consommation avec un repas.

En fait, la citicoline semble bien fonctionner avec les acides gras. Et le fait d’associer la L-théanine de la formule à la caféine peut réduire les effets secondaires de cette dernière.

Cependant, pour toute question de santé sérieuse concernant notre produit, soyez malin : consultez un médecin. Pour les questions et réponses de base, consultez la page FAQ.

Au lieu de vous demander si les nootropiques ont des effets secondaires, optez pour la certitude.

CerebralFuel réunit les meilleurs ingrédients nootropiques qui sont étayés par des preuves cliniques et dont la sécurité et la tolérance ont été démontrées. Pas de nootropiques à risque, pas d’effets secondaires bizarres – juste une nutrition pure du cerveau pour libérer à 100% votre potentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.